Lourd fardeau
POESIE
11 09 2019 - 17:02
20 lectures


vibrant hommage au silence
tonitruants, les cris de fond
l'onde s'échappe de sa rivière
les anges ne gardaient plus l'enfant
sous les griffes du loup
il mourrait lentement
saignant infiniment
enter ses blessures
crever son chagrin
écrire sur son coeur
des mots sans plume
laver son corps
de terre et de lumière
mains ligotées
ailes libres
âme déchaînée
sous le ciel bleu
nos dernières ablutions
sur une planche nue
coule la fin d'une vie.

A.Louaradi.10/09/2017


art. n° 808











CONTACT
Contactez NATURE & POÉSIE
Ahfir - Oujda
abdellah@ahfir.eu
© 2019 - alouaradi.ahfir.eu